/ Réflexions : « Pour sauver l’économie, il faut acheter, acheter n’importe quoi (...)

« Pour sauver l’économie, il faut acheter, acheter n’importe quoi »

Contribution /24 avril 2013   

Réflexions


ÉTUDE SUR L’OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE, DÉRIVE DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION, réalisée par Le Centre Européen de la Consommation

Votre téléviseur tombe en panne après 5 années d’utilisation, votre machine à laver également sans parler de votre lecteur MP3 ou encore de votre imprimante : est-ce une fatalité ou plutôt une technique des fabricants appelée « obsolescence programmée » ?
Les biens d’aujourd’hui semblent durer moins longtemps qu’avant, tout semble plus fragile et sensible, à l’instar des appareils électroménagers courants qui ont une durée de vie actuelle de 6 à 8 années alors qu’il y a encore quelques années, la durée de vie
de ces mêmes appareils était de 10 à 12 années [1]
De nombreux consommateurs ont sûrement déjà fait l’expérience de l’obsolescence programmée, sans peut-être en connaître le terme et encore moins les causes et conséquences.

« Pour sauver l’économie, il faut acheter, acheter n’importe quoi » [2]

SOMMAIRE

- I. L’obsolescence programmée, qu’est ce que c’est ?
- II. Le critère déterminant : la programmation de la durée de la vie du produit
- III. Les différentes catégories d’obsolescence programmée
- IV. Les exemples d’obsolescence programmée connus
- V. Les conséquences de l’obsolescence programmée sur l’environnement
- VI. Et le consommateur dans tout ça ?
- VII. Une réponse législative en France et ailleurs
- VIII. Recommandations


I. L’OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE, QU’EST CE QUE C’EST ?
A travers l’obsolescence programmée, il s’agit pour les fabricants de réduire délibérément la durée de vie des biens et des produits après une certaine durée d’existence afin d’inciter les consommateurs à racheter ce même produit [3].

Dans sa récente proposition de loi (voir ci-après), le sénateur Jean-Vincent Placé rappelle la définition de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie
(ADEME) : « la notion d’obsolescence programmée dénonce un stratagème par lequel un bien verrait sa durée normative sciemment réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée d’usage pour des raisons de modèle économique ». Ces techniques peuvent notamment inclure l’introduction volontaire d’une défectuosité, d’une fragilité, d’un arrêt programmé, d’une limitation technique, d’une impossibilité de réparer ou d’une non-compatibilité logicielle ».

II. LE CRITÈRE DÉTERMINANT : LA PROGRAMMATION DE LA DURÉE DE VIE DU PRODUIT
La finalité de l’obsolescence programmée est de prévoir à l’avance la durée de vie du bien : Il s’agit de programmer, de planifier délibérément et volontairement la du rée de vie du produit et donc sa mort. Bien qu’il soit à l’heure actuelle impossible pour les ingénieurs de fixer dès la conception du produit la date
précise à laquelle un appareil tombera en panne, sans pouvoir être réparé,
l’obsolescence est définie par la possibilité de fixer la durée de vie d’un produit…

Suite de l’étude à lire sur le document à télécharger :

PDF - 3.1 Mo
ÉTUDE SUR L’OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE, DÉRIVE DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION
par Le Centre Européen de la Consommation


[1Rapport septembre 2010 « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage, le cas des produits électriques et électroniques » disponible sur le site internet http://amisdelaterre.org page9

[2Dwight D. Eisenhower, 34ème Président des États-Unis