/ Réflexions / Analyses : Des paradoxes d’une social-démocratie libertaire

Des paradoxes d’une social-démocratie libertaire

Pierre Bance /1er décembre 2011   

Réflexions - Communication


Étrangeté qu’une social-démocratie libertaire ! Incongruité qu’un parti libertaire ! Horreur qu’un État libertaire ! C’est pourtant de cela dont il est question avec la social-démocratie libertaire active au sein du Nouveau parti anticapitaliste. Le flagrant délit de viol de la doctrine autorise gendarmes et juges anarchistes à condamner l’idée sans procès. Ne peuvent couvrir ce déni ceux qui veulent avancer vers un autre futur.

Texte de Pierre Bance, syndicaliste, journaliste indépendant.
Trop long pour une lecture "à l’écran" (15 pages), est proposé au téléchargement. Il est libre de droits avec mention de l’auteur : Pierre Bance, et de la source : "autrefutur.net".


Il faut, d’abord, admettre que des deux voies du communisme pas plus l’une que l’autre n’a prouvé qu’elle est la bonne ; le marxisme vautré dans la collaboration de classe ou écrasé par le poids des révolutions trahies est en déroute ; oubliant ses propres échecs, l’anarchisme s’en croit ragaillardi alors qu’il n’est pas même sorti des catacombes pour devenir une alternative audible. Il faut, ensuite, comprendre pourquoi des intellectuels, des militants en viennent à associer des outils d’analyse libertaires au concept de social-démocratie.

Cette social-démocratie libertaire postule que de la confrontation des multiples expressions et expériences anticapitalistes sortiront des solutions équilibrées pour le bien commun. En poursuivant ce dessein syncrétique, elle contribue à la recherche d’un passage vers la société libérée de la domination et de l’aliénation. La tentative n’est pas nouvelle mais, pour le présent, elle constitue un apport original dans une gauche radicale sans destin. Malheureusement, le projet ne résiste pas à une critique anarchiste parce que butant sur l’organisation en parti partout discréditée, parce que prônant la prise du pouvoir plutôt que sa destruction par l’autogestion généralisée, parce que maintenant l’État là où il pourrait être remplacé par le fédéralisme des autonomies. Un peu de libertaire dans la social-démocratie ne suffit pas à la transmuter en idée émancipatrice.

(Suite & texte à télécharger)
Sommaire :

. Alchimie
. Ni marxistes, ni révolutionnaires
. Liberté individuelle et représentation
. L’État, mais quoi l’État ?
. Quelque chose comme une confédération

PDF - 265.6 ko
Social-démocratie libertaire - autrefutur.net