/ Billets d’humeur : Que commémorer le 23 août ?

Que commémorer le 23 août ?

Fulano /5 janvier 2012   

Culture - Humeur


Dans son journal, à la date du 14 juillet 1789, Louis XVI avait noté : « Rien ».
Dans celui de la République française, pour le 23 août, le Président a également noté : « rien ».

Dans l’hexagone, il ne se passe rien de remarquable au mois d’aout, réservé aux vacances, au repos, aux commerçants et à leur chiffre d’affaire. Pour sont Histoire, "il a été jugé impossible d’envisager [..], une commémoration en plein mois d’août…" et le 23 sera reporté "à une autre date…".
Des ouvriers en grève de Chicago ont eu "la bonne idée" de se faire massacrer un 1er mai. Les Allemands, quant à eux ont eu la "délicatesse" de capituler une première fois un 11 novembre puis de récidiver un 8 mai. Mais les esclaves de Saint-Domingue n’ont rien fait comme tout le monde. Dans la nuit du 22 au 23 août 1791, menés par Boukman, un prêtre vaudou, Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines, deux anciens esclaves émancipés, ils se soulèvent contre leurs maîtres. [1]
S’ils avaient patienté encore un peu, ils auraient pu se soulever 19 jours plus tard : un 11 septembre. Avec La première République noire, Le coup d’état au Chili et l’attaque des Tours Jumelles, nous aurions alors eu 3 choix de commémorations pour le prix d’une (et une sérieuse économie d’échelle).

C’est donc le 10 mai que la mémoire de l’esclavage sera célébrée et tant pis pour les mitterrandolâtres qui devront choisir à qui dédier leur rose et tant mieux pour les vacanciers qui n’auront pas à couper leur transistor pendant une minute…

Toussaint Louverture, Dessalines, Petion, Christophe, Boukman
(Toussaint Louverture, Dessalines, Petion, Christophe, Boukman)


[1Le 4 avril 1792, l’Assemblée nationale accorde la pleine citoyenneté à tous les libres de couleur. Le 16 pluviôse an II (4 février 1794), la Convention abolit l’esclavage à Saint-Domingue. Par la loi du 20 mai 1802, Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage…