/ Billets d’humeur : Plus de 104 500 visites pour un billet d’humeur

Plus de 104 500 visites pour un billet d’humeur

AutreFutur /20 décembre 2014   

Culture - Orientations - Humeur


En 3 mois, un billet d’humeur sur des punks ayant quitté leurs squatts et leurs lieux alternatifs pour la gestion d’une capitale d’Europe [1], a dépassé les 104 000 visites…

Un morceau de gloire pour Autrefutrur ?

Pas vraiment. Notre ligne éditoriale et nos contributions ne sont pas adossées à la culture du "score" ou des "plus lus".
Depuis novembre 2001, au gré de l’actualité, de nos envies, de nos centres d’intérêt, nous publions, plus ou moins régulièrement, en tâchant toujours de "gratter" la réflexion afin d’y contribuer, même modestement.
Sans ranger cet article au rayon des "curiosités" et sans avoir honte de son "score", nous continuons sur notre ligne, sans prétendre avoir raison contre tout le monde.…

"Anarcho-punks + france + syndicalisme + Oi !…"

En tapant "anarcho-punks" sur une moteur de recherche, on obtiend 452 000 résultats… 29 600 000 pour "Islande", 45 000 pour "surréalistes" et 108 000 000 résultats pour "Björk" … Tout ceci devait sans doute contribuer à "atteindre" notre article sur les ex anarcho-punks islandais accédant aux finances publiques.

Alors, nous avons essayé de taper d’autres mots sur ces mêmes moteurs de recherche. À la place de "Islande" on a mis "France". Au lieu de "surréalistes" on a écrit "syndicalisme". Plutôt que "Björk", on a choisi "Oi !".
Google a retourné une liste, annoncée avec 26 000 résultats. Elle débute par un lien vers Wikipedia définissant "L’anarcho-punk", puis propose des sites ayant repris notre article et un blog "redskin" (dont la mise à jour date de 2006), chargé de publicités marchandes.
En navigant de pages en pages, nous n’avons pas trouvé la trace d’une évocation ou d’un article sur d’ex anarcho-punks français qui, de scènes de spectacle à celles d’un "syndicalisme radical- tendance redskin ", auraient fini par endosser les habits d’un Durruti ou la combinaison de travail d’un milicien œuvrant à la lutte des classes…

Soit cette conjugaison n’existe pas, soit elle n’est pas accessible via le Net…


Jon Gnarr 2011
Jon Gnarr 2011


Loin des scansions de manifestation ou des mots d’ordre "à la gloire de…", nous poursuivons donc notre ligne éditoriale, quitte à recevoir des mails incendiaires (que nous ne publions pas), dès lors que nous "osons" déranger les certitudes de quelques "gardiens d’un l’héritage naphtalinés", comme dans l’article "Je suis las des hagiographies, cimetières du mouvement libertaire…", repris et commenté sur le Net.

Ce billet déplorait que l’histoire du mouvement libertaire et celle de l’anarcho-syndicalisme soient encore présentées "sous leurs meilleurs jours", sans doute pour ne pas en éclairer "leurs jours sombres"… qui risqueraient de ternir les iconiques auras de quelques "clans".