/ Réflexions / Analyses : Le parti révolutionnaire et la spontanéité des masses

Le parti révolutionnaire et la spontanéité des masses

ou Les contradictions de Trotsky dans L’Histoire de la révolution russe


Correspondant /5 juillet 2012   

Réflexions


Plus qu’un écrit théorique, l’Histoire de la Révolution russe peut éclairer la question fondamentale du rôle d’un parti révolutionnaire, et, plus profondément, celle de la nécessité, de l’inutilité ou de la nocivité d’un tel parti, Certes Trotsky ne se contente pas de rapporter des faits ; son récit est souvent interrompu par des réflexions qui constituent, parfois, la matière de tout un chapitre ; mais il y a, semble-t-il, rupture entre le récit et le commentaire.
Afin d’éviter des méprises, nous devons prévenir que nous ne cherchons nullement ici, à critiquer le récit de Trotsky, en tant que livre d’histoire. Notre étude ne comporte donc aucune confrontation, du texte de Trotsky avec d’autres récits nous n’avons pas, non plus, à nous référer aux travaux des historiens (professionnels ou non) concernant cette période. Notre recherche se situe sur un autre plan ; celui des contradictions entre les événements rapportés par Trotsky et la théorie qu’il en fait.
Trotsky ne met pas en doute l’utilité d’un parti révolutionnaire, mais il apporte des informations qui mettent en question non seulement le rôle du parti révolutionnaire, Trotsky insiste tantôt sur l’inadéquation du parti à sa tâche, tantôt sur l’incapacité des masses à se diriger, si bien que l’on peut se demander si la "dialectique" entre parti et masses n’est pas un simple mot qui dissimule mal une confusion essentielle.


Trop long pour une lecture à l’écran (13 pages), il est proposé au téléchargement. Il est libre de droits avec mention de la source : "autrefutur.net"

PDF - 113.5 ko
Le parti révolutionnaire et la spontanéité des masses


PS :

L’auteur de cet article n’est ni un membre des GAAR [Groupe anarchiste d’action révolutionnaire], ni même un camarade se réclamant de l’anarchisme…