/ Cultures : Le bombardement d’Adrianopole et l’art des bruits

Le bombardement d’Adrianopole et l’art des bruits

Imbert Robert /7 janvier 2015   

Culture - Musiques


De mi-novembre 1912 à fin mars 1913, les bulgares, disposant d’une puissante armée (350.000 hommes), assiègent la forteresse d’Andrinople en Turquie. Ils s’en emparent avec le concours de leurs alliés serbes.
Depuis les tranchées, Marinetti, poète italien, adresse une lettre à son ami Russolo. Il y décrit, dans son nouveau style futuriste, l’orchestre d’une grande bataille.

Futurisme et Manifeste du bruit

Futuristes, Filippo Tommaso Marinetti et Luigi Russolo rejettent la tradition esthétique et exaltent le monde moderne, la civilisation urbaine, la machine et la vitesse [1].
Luigi Russolo, clame que la mobilité et la modernité de la société machiniste et industrielle doivent désormais être au cœur du processus sonore. Dans son " Manifeste du bruit " [2], il exprime ce que devrait être la musique de son époque, loin des harmonies et des instruments traditionnels qu’il considère comme dépassés. Il revendique la nécessité d’utiliser les bruits du quotidien, les explosions, les crépitements, les sonneries ou les grattements et invente une machine : "l’Intonarumori", dite aussi "Russolophone", pour les diffuser…


Russolophone

En 1921, au théâtre des Champs Elysées, il propose 3 concerts dirigés par son frère. Parmi les spectateurs, se trouvaient, entre autres : Tzara, Stravinski, Ravel, De Falla ou Mondrian.
Edgar Varèse [3] lui écrit pour lui exprimer son admiration du Russolophone, qui l’intéresse beaucoup. [4]
Dans les années 50, John Cage, Pierre Schaeffer ou Pierre Henry lui rendront hommage [5]

Russolophone au musée Coleção Berardo, Lisbone 2012. ( 3:10 )


Le bombardement d’Adrianopole

C’est dans cet élan "Futuriste" que Marinetti adresse sa lettre à Russolo, sur "l’orchestre d’une grande bataille ". Son écriture "sonore" traduit les bruits et les ambiances entendues sur le terrain :

1 2 3 4 5 secondes les canons de siège éventrer le silence par un accord tam-toumb.
Aussitôt échos échos tous les échos s’en emparer vite l’émietter l’éparpiller au loin infini au diable
Dans le centre centre de ces tam-toumb aplatis ampleur 50 kilomètres carrés bondir 2 3 6 8 éclats massues cours de Poing coups de tête batteries à tir rapide Violence férocité régularité jeu de pendule fatalité cette basse grave lenteur apparente Scander les étranges fous très jeunes très fous fous fous très agités altos de la bataille. Furie angoisse hors d’haleine oreilles
Mes oreilles mes yeux narines ouvertes ! attention ! quelle joie que la vôtre à mon peuple de sens voir ouïr flairer boire tout tout tout taratatatatata les mitrailleuses crier se tordre sous 1 000 morsures gifles traak-traak coups de trique coups de jouet pic pac poum-toumb jongleries bonds de clowns en plein ciel hauteur 200 mètres c’est la fusillade.
En contrebas esclaffements de marécages rires buffles chariots aiguillons piaffe de chevaux caissons flic flac zang zang chaaak chaaak cabrement pirouettes patatraak éclaboussements crinières hennissements iiiiiii tohubohu tintements
3 bataillons bulgares en marche croook-craaak (lentement mesure à deux temps) Choumi Maritza o Karvavena cria. d’officiers s’entrechoquant plats de cuivre pam ici (vite) pac là-bas boum.pam-pam-pam-pam ici là là plus loin tout autour très haut attention non-de-dieu sur la tête chaaak épatant ! flammes flammes flammes flammes flammes flammes rampe des forts là-bas Choukri Pacha téléphone ses ordres à 27 forts en turc en allemand allô Ibrahim ! Rudolf allô ! allô ! acteurs rôles échos-souffleurs décors de fumée forêts applaudissements odeur-foin-boue-crottin je ne sens plus nies pieds glacés odeur de moisi pourriture gongs flûtes clarines pipeaux partout en haut en bas oiseaux gazouiller béatitude ombrages verdeur cip-cip zzip-zzip troupeaux pâturages dong-dang-dongding-bééè
Orchestre
Des fous frappent à coups redoublés sur les professeurs d’orchestre ceux-ci courbés battus battus jouer jouer jouer Grands fracas bien loin d’effacer boire les bruits menus les revomir les préciser hors de leur bouche-écho grand’ouverte diamètre 1 kilomètre
Débris d’échos dans ce théâtre de fleuves couchés villages assis monts debout reconnus dans la salle Maritza Tungia Rodopes 1er et 2e rang loges baignoires 2000 shrapnels gesticulation explosion zang-toumb mouchoirs blancs pleins d’or toumb-toumb nuages-poulailler 2000 grenades tonnerre d’applaudissements Vite vite quel enthousiasme s’arracher tignasses chevelures très noires zang-toumb-toumb orchestre des bruits de guerre se gonfler sous une note de silence suspendue en plein ciel ballon captif doré contrôlant le tir.

Marinetti - 1913


Tullio Crali, peintre futuriste en fera une lecture  :


Futurisme, fascistes et antifacistes

Bien que le futurisme fut lié au fascisme, on y trouvait des partisans de gauche s’opposant à la direction artistique et politique de Marinetti. En 1924, les socialistes, les communistes et les anarchistes quittèrent le Congrès futuriste de Milan.
Luigi Russolo, est exclu du mouvement en 1921 en raison de son antifascisme. Exilé à Paris de 1927 à 1937, il meurt 10 ans plus tard en Italie.







[1Créé en 1909, suite à l’édition du Manifeste du futurisme de Filippo Marinetti.
Plus qu’un mouvement, le futurisme devient un art de vivre et une véritable révolution anthropologique. Il touche la peinture, la sculpture, la littérature, le cinéma, la photographie, le théâtre, la mise en scène, l’architecture, la danse, la typographie, les moyens de communication, la cuisine, la céramique ainsi que la musique, avec le "bruitisme".
La guerre, qui se profile, apparaît comme une solution pour repartir à zéro et recréer un monde fondé sur de nouvelles bases. Les futuristes proclament ce côté guerrier de manière assez virulente. Certains, comme Marinetti, prôneront les valeurs fascistes de manière radicale.

[3Compositeur français 1883-196. S’intéresse notamment aux progrès effectués en matière d’électro-acoustique, n’hésitant pas à inclure les ondes Martenot dans une de ses œuvres phare, Amériques.

[4"C’est avec le plus vif intérêt que j’ai entendu et étudié le "Russolophone". Je suis sûr que les possibilités qu’il offre et la facilité de son maniement lui assureront dans un bref délai sa place à l’Orchestre".

[5Compositeurs contemporains, Pierre Schaeffer et Pierre Henry fondent, en 1951, le Groupe de Recherches Musicales (GRM) au sein duquel ils expérimentent leur nouvelle musique