Accueil > Solidarité > LES MIGRANTS - LES TERRORISTES - LA PSYCHIATRIE : DE LA DERIVE SECURITAIRE (...)


LES MIGRANTS - LES TERRORISTES - LA PSYCHIATRIE : DE LA DERIVE SECURITAIRE VERS LA CAMISOLE SOCIALE



vendredi 29 décembre 2023,


AutreFutur




Communiqué du Collectif des 39 - le 22 décembre 2023 - www.collectifpsychiatrie.fr

2008 – 2023 : 15 ans de la dérive vers la « sécurité globale »
Lors de la réunion du Collectif des 39 en ce jour après solstice, vu les enjeux climatiques, on aurait pu se rassurer que l’hiver continue à être froid et que les nuits restent noires. Mais c’est un tout autre climat qui a fait objet des échanges. L’air glacial et le teint bruni de la politique intérieure : le propos glaçant de Gérard Drainant qui tire plus vite que son ombre sur la psychiatrie, et la lueur qui vire brune émanant de l’Assemblée nationale et du Sénat.
Ce n’est pas la première fois qu’un homme politique a tenu des propos insoutenables sur la psychiatrie [1]. Parler du « ratage » psychiatrique [2] concernant l’attaque sur le pont Bir-Hakeim [3] trahit le fantasme idéologique d’embrigader les soignants, par la décision de police, dans une bataille qui n’est pas la leur : celle d’empêcher des actions terroristes de l’extrémisme politique. Dans ce même mouvement nuisible, amalgamant la folie à une potentielle menace de l’intérieur [4], le ministre instrumentalise les peurs de la population en les retournant contre les personnes soignées.
Par ailleurs, les décisions gouvernementales (baisse du budget, formation inadéquate, fichiers sécuritaires, etc.) frappent durement notre discipline, accélèrent la fermeture des lits et lieux de soins, avec l’ouverture parallèle de
15.000 places en prison [5].
En réponse aux propos du ministre, le chorus des représentants des soignants de notre champ a rapidement produit une polyphonie salutaire sur le motif « contre la nuit sécuritaire » [6].
De leur côté, l’Assemblée nationale et le Sénat, en adoptant la loi contre les immigrés et exilés, instrumentalisent les mêmes peurs en les projetant cette fois sur une menace de l’extérieur. L’esprit de cette loi offensant les principes de la république dessine la figure d’ennemi, la déclasse et déshumanise, et maintient les immigrés dans une camisole sociale, allant jusqu’à mettre en question l’aide médicale et les droits fondamentaux. Les députés qui ont préalablement rejeté cette loi n’ont pas été entendus.
Les deux actualités illustrent une dérive qui, comme une lame de fond, traverse nombreux pays de l’Europe. Les mouvements fascisants réussissent à capter ainsi les peurs provoquées par les conséquences des politiques économiques globalisées, menées par ceux qui exploitent et dévastent les
biens communs, causent dérèglements géopolitiques et environnementaux créant les migrations, ceux qui ont colonisé les États et détruisent les systèmes sociaux. Ces menaces-là accentuent les peurs xénophobes, qui sont ensuite détournées, ici contre la folie, là contre les migrants, etc. Le contrôle psychiatrique et la camisole sociale se basent sur les mêmes mécanismes disloquants - exclusion, contention, déshumanisation.
Le Collectif des 39 (et son Groupe enfance) continuera son action aux côtés des multiples collectifs réunis
autour du Manifeste du Printemps de la psychiatrie. Il soutiendra toutes les mobilisations (concrètes et de l’imaginaire) afin d’arraisonner ces dérives idéologiques et leur traductions politiques.
A notre niveau nous
contribuerons aux prochaines Assises citoyennes du soin psychique en mai 2024.

Bonne année 2024 alors !?
Collectif des 39
Le 22 décembre 2023


[1P.ex. en 2017 les propos de Gérard Collomb, et surtout en 2008 les propos de Nicolas Sarkozy

[2BFM-Tv le 4 décembre 2023.

[3Paris, 2 décembre 2023.

[4Alors que ces personnes sont plus victimes et moins auteurs de crimes que la population générale.

[6Charte « Contre la nuit sécuritaire », hSps ://www.collecNfpsychiatrie.fr/?p=17