/ Billets d’humeur : L’écosystème de l’entreprise est comme une forêt tropicale

L’écosystème de l’entreprise est comme une forêt tropicale

Da la récupération du capitalisme vert…


Lucie Heymé /5 mars 2018   

Réflexions - International - Humeur


Au nom du développement économique de la Guyane, il est projeté d’ouvrir une mine d’or géante en 2022 dans ce département d’Outre-mer, sinistré par le chômage. Mais la promesse d’un développement économique, justifié entre autre par la création de 4.000 emplois, va s’échanger contre un désastre sanitaire et écologique [1] que "l’entrepreneur - président " balaye au nom du progrès : "C’est un projet qui, sur ses fondamentaux, peut être bon pour la Guyane" [2].

Opportunisme du capitalisme vert

Cet argumentation pour vendre "un bon projet " n’est pas qu’une figure de rhétorique chère à un ex-élève de "Sciences Po" et de l’ENA [3]. Il est aussi diffusé à l’ESSEC [4], sous un angle "écologique". Dans cet école pour futurs dirigeants d’entreprise et qui propose de les "préparer à un futur passionnant " [5], un enseignant chercheur en Management a développé une théorie selon laquelle "un écosystème économique sain est comme une forêt tropicale où les uns se nourrissent des autres, dans une cacophonie et une apparente inefficacité "… :

Notre génération est la première à prendre vraiment au sérieux les questions environnementales, à se questionner sur la surexploitation des ressources naturelles telle les forêts, la disparition d’espèces, le productivisme basé sur des produits toxiques, les impacts bouclés sur le climat, etc.

Mais êtes-vous sensibles à l’écologie entrepreneuriale ?
Un écosystème économique sain est comme une forêt tropicale

Apprenons donc à apprécier la vie économique avec une telle perspective écologique, où l’on respecte la diversité des acteurs, la richesse de tous ces échanges, pour rendre nos sociétés plus durables et plus harmonieuses. [6] "

Enseignement du capitalocène

En omettant d’intégrer la responsabilité du capitalisme dans la détérioration même des forêts tropicales, la métaphore "verte" de ce "Business professeur" en deviendrait risible si elle ne justifiait pas la guerre au vivant.
- Quel élève lui objectera qu’au XIXe siècle, sous l’impulsion de l’industrie britannique du coton, l’énergie fossile, symbolisée par la machine à vapeur, a supplanté celle de l’eau, qui pouvait geler, déborder, se tarir, et que la bourgeoisie d’affaires a alors déconnecté l’usine des cycles naturels du climat ?
- Lequel lui rappellera que le capital a une soif unique, inapaisable, de survaleur tirée du travail humain au moyen des substrats matériels et qu’il est, pourrait-on dire, supra-écologique, omnivore biophysique avec un ADN social propre ? [7].

Promis à de "brillantes carrières", à un "futur passionnant" et investissant pour cela [8], je doute que les "ESSEC Alumni " [9] s’embarrassent de telles considérations "gôchistes " [10].




[1Un mirage économique. Lire "Montagne d’Or, un mirage économique ?" Une étude de la WWF : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2017-09/1709_rapport_montage_d%27or_mirage_economique.pdf

[2Déclaration d’Emmanuel Macron fin octobre 2017 lors d’une interview à "Guyane 1ère"

[3Après des études en philosophie et en science politique à l’université Paris-Nanterre, Emmanuel Macron est diplômé de l’ENA, dont il sort inspecteur des finances. En 2008, il rejoint la banque d’affaires Rothschild & Cie, dont il devient deux ans plus tard associé-gérant.

[4École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales. N° 2 des écoles de commerce en France. Au programme de cette Business School : de la Stratégie et du Management, du Droit des Affaires Internationales, du Business International, des Techniques Financières ou encore du Management des Industries de la Santé…

[7Lire : Andreas Malm. "L’Anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital". La fabrique 2017

[8ESSEC : Coût d’un Cycle Bachelor = 15 000€. Pour un Cycle Master = 30 000€

[9Association des anciens élèves de l’école

[10Exception qui confirme la règle : Julien Coupat, fondateur de Tiqqun, auteur présumé de "L’Insurrection qui vient" et mis en examen dans "l’affaire Tarnac" est lui aussi diplômé de l’Essec…