/ Cultures / Juste une Image : Cohn-Bendit : "Le pouvoir corrompt. Je suis sans doute corrompu"

Cohn-Bendit : "Le pouvoir corrompt. Je suis sans doute corrompu"

Contribution /14 avril 2018   

Communication - Culture - Humeur


En 1968, la presse "poeple" n’occupe pas encore les kiosques à journaux. C’est Paris-Match qui se charge de proposer des portraits médiatiques. 50 ans après,
Cohn-Bendit est chez Closer…

— Paris-Match, 25 Juin 1968 —

Daniel Cohn-Bendit, 23 ans, sociologue, boute-feu de la révolution

Dans son numéro consacré aux "journées de mai", l’hebdomadaire de l’industriel et patron de presse Jean Prouvost [1], publie le 25 juin 1968 une double page couleur sur celui qu’on appelle alors "Dany le Rouge".

- Pour "le choc des photos", on le voit dans son deux pièces d’un HLM du 15è arrondissement, lisant, se rasant, dans sa cuisine ou chez son frère avec ses neveux. On est loin des barricades.




- "Le poids des mots" se résume à des citations du jeune révolutionnaire :

Nous entendons faire la critique de l’idéologie charriée par l’enseignement"

L’action est la seule possibilité de surmonter la division des étudiants en groupuscules"

Le pouvoir corrompt. Je suis sans doute corrompu.

Je ne suis pas nécessaire. Dans deux mois on ne me connaitra plus"



— Closer, 9 avril 2018 —

Daniel Cohn-Bendit aime "parler foot" avec Emmanuel Macron

Et puis "Dany le Rouge" est devenu député européen. Il occupe toujours la scène politique. On le connait et le reconnait quand il passe régulièrement à l’Élysée pour rencontrer Emmanuel Macron [2]

Nous parlons foot avec le Président, mais pas que. Il soutient l’OM ; quand il en parle, il a des étoiles plein les yeux !"





[1et dont la devise était : "Le poids des mots, le choc des photos "