/ AutreFutur : AutreFutur - le Mag N°8

AutreFutur - le Mag N°8

AutreFutur /5 septembre 2012   

Solidarité - Culture - Europe - Amériques


Au sommaire du N°8 :
- Édito
- Quelle alternative dans une Espagne en crise ?

- Pas de commerce pour nos droits
- Le rêve de Pancho Villa
- Espagne : les mineurs continuent
- Challancin une nouvelle fois condamnée
- Militer face aux Nouveaux chiens de garde médiatiques

Télécharger AutreFutur N°8

PDF - 809.9 ko
AutreFutur N°8 (Format A3)


En revenant d’la Foire…

En collaborant avec 65 structures (syndicats, coopératives, associations et organisations politiques), Autrefutur s’est investi dans la Foire à l’Autogestion (qui s’est tenue à Paris et à Montreuil du 22 au 24 juin 2012), souhaitant y trouver un pluralisme dans les échanges et éviter le dogmatisme… 

Avec la participation de 1300 personnes, sur deux jours, venus assister aux nombreux forums, débats, ateliers pratiques, pour échanger autour de leurs expériences et de l’autogestion, cette 1ère édition fut un succès.
Mais plus encore que le "nombre de participants" ou le bilan financier positif, c’est la participation d’un public plus large que celui qu’on rencontre habituellement dans "nos milieux", notre "famille", qui est à signaler. Ceci ne peut que conforter l’initiative d’une telle Foire, que le sujet méritait bien d’être posé, que les échanges pluralistes doivent se poursuivre…
Quant au dogmatisme d’une " famille de cénétistes de la RP ", investie exclusivement pour régler un mauvais compte au mauvais endroit et qui, avant de partir, a "réquisitionné" quelques livres... il a parfaitement illustré la dérive autoritaire qu’il faut continuer à combattre.

… et de Saint-Imier

Cette rencontre fut également une façon de démontrer que les manipulations de Marx et ses séides au Congrès de la Haye en 1872 ne furent pas efficaces et que l’hypocrisie du socialisme autoproclamé scientifique, puis réel, ne sont pas qu’une déviation imposée par Lénine. Une façon de pensée assez bien incarnée par Franz Mehring, voire plus tard, avec quelques difficultés, par Rosa Luxembourg et Anton Pannekoek.
Après avoir réuni près de 5.000 anarchistes et sympathisants de presque tous les pays de la planète, cette rencontre s’est terminée par la déclaration suivante :
« Nous voulons donc la rupture avec le capitalisme. Nous luttons pour l’autogestion dans une société future fondée sur la liberté et l’égalité. Mais elle tombe dans un triomphalisme inquiétant (oubliant quelques dégringolades affligeantes notamment dans la Russie de 1917-1922 et l’Espagne de 1936-1939) dans sa dernière phrase : Depuis 1872, notre mouvement contribue avec tant d’autres femmes et hommes libres à ouvrir ce chemin. Notre engagement aujourd’hui est de poursuivre ce projet aussi loin que le portera l’action directe des peuples. »


Des échanges constructifs pour avancer en s’ouvrant aux multiples composantes syndicales de la lutte anti-capitaliste…